Evènements

Le rôle de la restitution dans les recherches sur la polychromie en sculpture, architecture et peinture murale

Tenter de retrouver l’aspect original des édifices ou des œuvres du passé présente un intérêt certain, tant en termes de recherche qu’en termes de valorisation. Si la restitution des volumes de l’architecture et de la sculpture est un champ déjà largement développé, celui de la restitution des couleurs reste en revanche encore à défricher. Il pose en effet un certain nombre de problèmes, tant méthodologiques qu’épistémologiques, qui invitent à réfléchir sur le sens et la finalité de la démarche.

Lorsque l’on cherche à restituer la polychromie dont étaient parées sculptures et architectures – intérieures comme extérieures –, on se heurte à tout une série de difficultés : quel(s) processus mettre en œuvre pour mesurer les couleurs, leur redonner toute leur matérialité ? Doit-on préférer l’outil numérique à des reconstitutions matérielles ? Le cas échéant, quels logiciels adopter, comment choisir ses matériaux et ses outils ? Quels choix opérer lorsque l’on est confronté à des zones lacunaires ? Comment procéder lorsque l’œuvre ou l’édifice a connu plusieurs états de polychromie distincts et successifs, au cours de son histoire ? Dans le cadre de la médiation culturelle, comment tenir compte du public de manière constructive sans entamer la valeur scientifique de la démarche ?

L’objectif de ce workshop international sera d’affronter cette série de questions en menant une réflexion plus large sur les finalités visées lorsque l’on propose une restitution en couleurs d’une œuvre ou d’un édifice anciens. Le chercheur doit en effet admettre qu’il ne pourra jamais reproduire un état d’origine, définitivement perdu. Poser la question du « Comment restituer en couleurs ? » invite donc à s’interroger aussi sur le « Pourquoi restituer en couleurs ? » Ainsi, on s’intéressera aussi à l’histoire de la restitution et à la réception critique de l’ensemble des méthodes mises en œuvre.

https://polychromy2017.sciencesconf.org/

 

Tous les 2 ans, le CNRS organise un salon sur les activités de valorisation et de transfert de la recherche dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales, Innovatives, Archéovision était présente aux trois premières versions.

Innovatives 2017

En 2017, Archéovision et Iramat présente un SIG 3D dans un casque de réalité virtuelle.

Marseille, palais de l’Europe

Innovatives 2015

Archéovision présentait un dispositif innovant le « Revealing Flashlight » permettant de projeter de la  couleur sur un buste 3D.

innov2015

Cité des Sciences en 2015

Innovatives 2013

En 2013 était présenté au public les apports et les progrès de la photogrammétrie dans les relevés architecturaux mais aussi en archéologie.

innov2013

Espace Charenton en 2013

Virtual Retrospect

Colloque qui rassemble les acteurs en Sciences Humaines et Sociales qui se sont appropriés la 3D comme un véritable outil d’aide à la recherche.

La 3D est au coeur de véritables enjeux scientifiques s’appuyant sur des équipes pluridiscinaires et des collaborations internationales.

Virtual Retrospect permet à ces différents équipes de partager leurs expériences scientifiques.

Plusieurs sessions ont eu lieu (2003, 2005, 2007, 2009 et 2013) et ont été publiées dans la collection archéovision aux Editions Ausonius.

Affiches 2013-2009-2007